Syrie: nous pouvons encore donner de notre temps aux autres
23 janvier 2014

Un garçon déplacé syrien fait une pause au cours des activités récréatives organisées par le JRS à Alep (Sedki Al Imam/JRS Syrie).
Le JRS me donne de l'espoir. Il nous donne de l'espoir à tous. Nous écoutons, nous prenons soin des personnes et nous pouvons encore donner de notre temps aux autres – et cela a de la valeur.

Damas, 23 janvier 2014 - Je travaille avec le JRS à Damas depuis environ neuf mois, comme coordinateur des visites à domicile. Nous avons sept équipes qui visitent les familles chaque jour. Elles évaluent les besoins de chaque famille, et nous sommes en mesure d'identifier les familles qui ont le plus besoin d'aide, ou si elles ont besoin d'une assistance particulière – médicale et autre.

Je trouve que la chose la plus stressante est de quitter la maison le matin sans savoir si l'on reverra encore les autres. Nous ne pouvons pas non plus sortir la nuit, nous sommes toujours bloqués à l'intérieur; c'est étouffant.

J'ai deux jumeaux âgés de quatre ans, mais ils ont constamment peur à cause des bruits des combats: explosions d'obus, de balles, de mortiers... tout. Nous ne pouvons plus les faire sortir pour jouer dans le parc et ils sont donc cloîtrés à l'intérieur de la maison, ce qui a un effet négatif sur eux. Ils sont nerveux et agressifs l'un avec l'autre et cela me préoccupe beaucoup.

Je pense que notre futur est entre les mains de nos enfants. Nous devons leur permettre d'avoir un esprit ouvert à propos de la religion, pour qu'ils comprennent que nous pouvons vivre en paix indépendamment de nos croyances. Je pense que cela peut être fait à travers l'éducation en premier lieu, mais c'est aussi la responsabilité de la communauté et en particulier des parents et de la famille à la maison. C'est la chose la plus difficile à changer, mais nous devons essayer.

Le JRS me donne de l'espoir. Il nous donne de l'espoir à tous. Nous écoutons, nous prenons soin des personnes et nous pouvons encore donner de notre temps aux autres – et cela a de la valeur. Nous faisons davantage que donner simplement des choses matérielles aux personnes, et c'est ce qui fait la différence entre nous et d'autres.

Riad, Damascus

Cet article est issu de la dernière édition de Servir. Cliquez ici pour en savoir plus